Secteur par secteur : les opportunités d’investissement en République du Congo

Depuis la fin des conflits en République du Congo, la plupart des secteurs d’activités offrent de nombreuses opportunités d’affaires que ce soit dans la production, les services ou la vente.

L’État qui était jusque là très présent dans la majorité des secteurs économiques, mise désormais sur la dynamisation accrue du secteur privé, et s’est progessivement désengagé de la gestion des activités de production, pour concentrer les finances et les efforts publiques dans la construction des infrastructures de base dans les secteurs vitaux tels que les routes, les aéroports, télécommunications, l’eau, l’électricité, le bois et les hydrocarbures.

Pour encourager l’investissement privé, le gouvernement a mis en place un cadre incitatif et avantageux pour les entreprises en matière de fiscalité, des douanes. Secteur par secteur, voici un aperçu des potentialités d’affaires qu’offre le Pays.

Le secteur du Pétrole et des ressources minières offre des possibilités intéressantes d’investissement, notamment dans les domaines de la prospection et du développement des unités industrielles ou commerciales. C’est le cas pour la prospection pétrolière dans la région de la cuvette ou en offshore aux larges de Pointe-Noire. L’exploration des minerais tels que : le fer, la potasse, le phosphate, le zinc, le manganèse, l’or, l’argent, le diamant… représente autant d’opportunités d’affaires.

Il en est de même de la fabrication du ciment et des matériaux de construction, la production de la chaud et la transformation et la commercialisation des dérivés du pétrole.

La filière des mines attire de plus en plus d’investisseurs étrangers, notamment des chinois, des canadiens, des américains, des australiens, et des autrichiens. Et l’activité s’étend sur plusieurs régions du pays (Kouilou, Niari, Cuvette, Sangha, Likouala).

LES SERVICES

Les activités liées aux services sont en plein expansion dans le pays, mais la plupart d’entre elles exigent un vrai savoir-faire et une expertise pointue. Elles ont du mal à décoller. C’est le cas des activités de conseil dans des domaines tels que : le juridique, l’informatique, la finance, le recrutement, la communication…

De même les bureaux d’études et d’audits de haut niveau, ainsi que les domaines de courtage et de la promotion immobilière attendent d’être développés.

D’autres domaines très prometteurs tels que les services aux ménages et aux entreprises ont véritablement le vent en poupe.

Il s’agit des pressings, de la restauration rapide, des boulangeries et pâtisseries, du gardiennage, des services de livraison, du commerce de proximité, du transport, de la formation, du multimédia, des Ntics, et des services de ramassage et traitement des ordures ménagères, etc.

LE TOURISME ET LES LOISIRS

Le secteur du tourisme est quasi encore inexploité en République du Congo et offre de fait de réelles opportunités d’affaires.

Les domaines d’intervention sont nombreux: création d’agences de tourisme et de tours opérateurs, construction d’établissements hôteliers et de restaurants, visites-guidées de parcs et réserves touristiques, aménagement et exploitation de sites et des circuits touristiques, organisation de croisières, d’excursions et de randonnées, transports et location de voitures, escortes et guides des voyageurs, etc.

Le Congo est propice pour le tourisme écologique (écotourisme) et le tourisme de découverte, de part la grande diversité de sa faune et de ses forêts. Autant de possibilités innovantes offertes à des investisseurs chevronnés.

Le pays est sillonné de grands cours d’eau tels que le majestueux fleuve Congo, il est doté de vastes richesses animales et botaniques : éléphants de forêts, chimpanzés, singes, gorilles, lions, buffles, hippopotames, antilopes, gazettes, des espèces variées et rares d’oiseaux, de poissons et de plantes, de fleurs et d’arbres.

Certes zones sont complètement inexploitées et abritent des populations forestières réputées pour leurs traditions ancestrales, leurs rituels, leurs danses et leurs arts à l’état pur.

L’écotourisme se conjugue ici avec le tourisme culturel et de loisir, et attire aussi bien une clientèle d’étrangers que de nationaux : croisières fluviales, pêche sportive en mer et loisirs balnéaires, pratique du golf, excursions et pique-niques, musique, pentures, organisation de circuits de découvertes historiques, etc.

LES INFRASTRUCTURES DE BASE

Depuis quelques années le pays est en pleine phase de reconstruction de ses infrastructures de base. Ce qui en fait un secteur prioritaire d’investissement et une mine d’opportunités pour les affaires. Les domaines de la construction et de la maintenance sont ici placés en haut de l’échelle et offrent des possibilités plus qu’intéressantes d’investissement.

De nombreuses opportunités ont ainsi été créées dans les domaines de l’énergie et de l’eau pour lesquels la demande est très forte et qui ont été libéralisés. Les investissements portent non seulement sur la construction, la sous-traitance et l’assistance sur des centrales hydroélectriques ou à gaz, et sur le transport et la distribution de l’électricité.

Il est possible d’investir dans la réalisation de micro-centrales électriques à base d’énergie solaire ou éolienne, ou encore à base de bio-carburants. Le domaine de l’eau offre lui aussi des opportunités innombrables notamment en termes de traitement et d’assainissement d’eau.

Le domaine des infrastructures de transport est lui aussi très prometteur. Il est possible d’investir dans les transports aériens, routiers et fluviaux, le dragage des ports fluviaux secondaires. De nombreuses opportunités sont également à saisir dans l’aménagement et la modernisation des services aéroportuaires.

LA FILIERE BOIS ET L’ENVIRONNEMENT

Les opportunités dans le secteur du bois au Congo porte sur plus de 13 millions d’hectares de forêts de production que compte le pays, soit environ 10 % des forêts du Bassin du Congo.

Il est possible d’investir dans l’exploitation forestière, ainsi que dans la production de bois de service (charbon de bois, bois d’énergie) et dans la transformation : menuiserie, ébénisterie…

Des potentialités considérables existent également dans le domaine de l’environnement : exploitation et traitement des déchets (industriels et hospitaliers), reboisement, traitement des ordures ménagers, nettoyage industriel et assainissement des agglomérations.

LE SECTEUR DE L’AGRO-INDUSTRIE, LA PECHE ET L’AGRO-PASTORALE

Seules 2 % des terres arables en République du Congo sont exploitées sur le plan agricole. L’important réservoir en eau du pays offert par un vaste réseau fluvial et une côte maritime est quasiment inexploité. Les trois quarts de la population du pays vivent en milieu urbain.

Le pays importe chaque année pour près de 100 milliards de FCFA de produits alimentaires pour satisfaire la demande nationale en produits vivriers, en légumes, en viande et en poissons.

Les opportunités d’affaires dans les domaines de l’agriculture, la maraîchage, l’arboriculture, la pêche (continentale et maritime), la pisciculture et l’élevage ainsi que la transformation de produits agro-pastoraux, etc. s’avèrent innombrables.

Le secteur porte au total sur plus de 10 millions de terres exploitables. Il est possible d’investir dans la production et l’exportation de produits vivriers tels que le café, de palmiers à huile, de pommes de terre, de cacao, etc.

D’autres domaines tels que :

– la production de viande, de volailles et d’œufs,
– la construction et la gestion d’abattoirs,
– la production d’eau minérale et de jus de fruits,
– la transformation de manioc et d’igname,
– des unités de fumage de poissons d’eau douce et de salaison de poissons de mer,
– la production d’aliments pour bétail, de semence et d’engrais,
– la location et la maintenance de matériel et d’engins agricoles,
– le transport et le conditionnement de produits agro-pastoraux et halieutiques, etc.

constituent autant de créneaux porteurs.

LE BATIMENT ET LES TRAVAUX PUBLICS

Le secteur des BTP est l’un des plus dynamiques au Congo depuis le début des années 2000.
A l’origine de cela la bonne santé financière de l’Etat et des entreprises, et l’émergence d’une classe d’hommes d’affaires et de cadres très fortunés durant la dernière décennie.

Le gouvernement du Congo qui a fait de la lutte contre la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des populations sa stratégie, s’est donné comme priorité la modernisation et la construction des infrastructures de base et la diversification de l’économie.

Une multitude de grands chantiers de travaux publics ont ainsi vu le jour dans les domaines de la construction des routes, des aéroports, des centrales hydroélectriques ou à gaz, des lignes à haute tension de transport d’électricité, des usines d’approvisionnement en eau potable, des réseaux d’assainissement des villes, la réalisation des travaux de génie civil pour le compte de entreprises pétrolières et minières, la réalisation d’ouvrages d’art et de voiries urbaines, la modernisation et l’extension d’infrastructures portuaires et aéroportuaires, etc.

Les travaux sont réalisés par des grandes firmes internationales françaises, chinoises et portugaises. Les opérateurs nationaux ont du mal à rivaliser avec elles sur ce secteur, compte tenu des investissements importants qui sont en jeu, et des exigences de sélection des appels d’offres.
La demande dans la branche Bâtiment est également très forte et le secteur est en plein essor.

Au niveau de l’Etat, les programmes de « municipalisation accéléré » qui consistent à doter chaque année une région en infrastructures urbaines, en services sociaux de base (écoles et centres de santé), et en bâtiments administratifs et autres édifices modernes, constituent un élément moteur pour la branche.

La politique de construction de logements sociaux et de bureau dans les grandes villes représente ici aussi un atout important.

Sur le plan privé, la très forte demande venant des entreprises mais aussi des particuliers a aussi fortement stimulé les investissements dans la branche Bâtiment. Des villas, des immeubles à usage commercial ou d’habitation et des hôtels voient le jour presque partout dans les grandes villes du pays.

Les entreprises locales tirent bien leur épingle du jeu sur la branche Bâtiment car l’éventail des opportunités offertes est plus large.

La demande porte sur les gros besoins de l’Etat et des entreprises, jusqu’au désir d’accession à la propriété des ménages même les plus modestes.

LE SECTEUR BANCAIRE ET FINANCIER

Depuis la vague des privatisations et des restructurations qui a touché le secteur bancaire au début des années 2000, les investissements étrangers ont afflué au Congo et plusieurs grandes banques commerciales et établissements financiers ont installé leurs antennes dans le pays, sous la supervision de la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC).

A ce jour, les principales banques du Congo sont la BGFI-Bank, la Congolaise de Banque (LCB), le Crédit du Congo (Groupe AttijariwafaBank), Ecobank, la Banque commerciale internationale (BCI), la Banque de l’Habitat (BCH), la Banque Espirito-Santo (Besco) et United Bank of Africa (UBA).

Malgré leur dynamisme et leur sur-liquidité, la plupart des banques congolaises restent non seulement peu intégrées aux marchés mondiaux, mais elles financent très peu d’investissements productifs à long terme dans le pays. Les rares crédits qu’elles allouent sont des prêts à court terme.

Les services bancaires se sont modernisés en peu de temps en termes de serveurs vocaux, de monétique internationale et de Swift. Et toutes les banques commerciales du pays représentent des points de vente Western Union.

LES TELECOMMUNICATIONS ET LES NTIC

Le secteur des télécommunications a connu une profonde restructuration en 2001 qui a permis l’ouverture du marché aux investissements privés.

L’opérateur public, Congo Telecom qui a perdu une partie de son monopole st resté maître des services et infrastructures de télécommunication de base (stations terriennes, lignes fixes).

La téléphonie mobile est en plein essor et compte à ce jour plus de 2 millions d’abonnés. Le marché est partagé par quatre opérateurs : Airtel (ex. Celtel), MTN-Congo, Warid Telecom et Azur-Congo qui ont investi à ce jour au total plus de 200 milliards au Congo et contribué de manière sensible à la croissance économique nationale.

Un vaste projet de couverture national (PCN) est en cours et des accords ont été signés avec la Chine qui visent étendre l’accès au téléphone, l’Internet et à la Télévision via la technologie IP et un backbone national qui reliera les grandes localités du pays, en partant de Pointe-Noire à Ouesso.

L’offre nationale en Technologies de l’Information et de Communication (TIC) présente à ce jour des limites considérables qui freinent le développement du secteur et les investissements privés.

L’accès à l’Internet est essentiellement limité aux plus grandes villes (Brazzaville et Pointe-Noire) avec des coûts de matériels et de connexion particulièrement exorbitants.

En attendant l’aboutissement du projet de la fibre optique, les seules modes d’accès à l’Internet en vigueur sont basés sur l’accès par satellite avec des relais à base de boucle locale radio (wimax et wifi), ou par le réseau téléphonique commuté (RTC) de Congo Telecom, et accessoirement par le GPRS via les réseaux de téléphonie mobiles.