CONGO-SITE : Portail National d'Information et de Conseils sur le Congo Brazzaville
Vendredi 31 Octobre 2014

Ministère des sports : Jacques Yvon Ndolou passe les commandes à Léon Alfred Opimbat


Dimanche 28 Août 2011 - 12:09

La passation de service entre Jacques Yvon Ndolou et Léon Alfred Opimbat, respectivement ministres sortant et entrant des sports et de l’éducation physique, s’est déroulée le 26 août à Brazzaville en présence d’Antoine Gambou, représentant du ministre d’Etat, coordonnateur du pôle socio-culturel, et de Cyr Ighal Mabakou, représentant du secrétaire général du gouvernement.


Ministère des sports : Jacques Yvon Ndolou passe les commandes à Léon Alfred Opimbat
Elle a porté sur les aspects de fonctionnement du ministère, notamment sur la situation administrative et juridique, la situation financière et matérielle, les activités physiques et sportives, l’éducation physique et sportive, les situations en instance et les dossiers en litige.

Le ministre sortant a fait savoir à l’entrant que le programme annuel d’activités du ministère, tiré du programme des actions prioritaires du gouvernement, consistait, entre autres, à mailler le pays des infrastructures sportives pouvant abriter les rencontres nationales et internationales pour promouvoir le développement du sport de haut niveau ; acquérir des équipements sportifs pour les établissements scolaires, universitaires et espaces sportifs polyvalents de proximité ; créer des centres de préformation dans les districts, académies de sport, chefs-lieux des départements, ainsi que des centres nationaux d’entraînement de haut niveau à Brazzaville et Pointe-Noire pour les disciplines comme le football, handball, basket-ball.

Dans le cadre du fonctionnement administratif, tous les organes sont subordonnés à la tutelle, a affirmé Jacques Yvon Ndolou. Seul l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS) qui pose des problèmes du fait de sa double tutelle, c’est-à-dire son appartenance à la fois au ministère des sports et de l’éducation physique et au ministère de l’éducation civique et de la jeunesse. «Une erreur s’était glissée dans les textes organiques, qu’il serait bon de le relever et corriger très vite dès la prise de fonction», a souligné M. Ndolou.

Au plan juridique, consécutif au décret portant organisation du ministère des sports et de l’éducation physique, des textes réglementaires ont été pris pour justifier l’existence juridique de certains organes. Il s’agit des arrêtés portant attributions et organisation de la direction du marketing et du sponsoring, de la direction des centres de formation et du centre national de formation de football de Brazzaville.

Deux textes portant fonctionnement des directions générales des sports, de l’éducation physique et des sports scolaires et universitaires, ont été aussi pris. Six projets de décrets ont été élaborés et soumis à l’examen du pôle socioculturel, dont deux ont été proposés à la fusion et un autre au retrait en faveur de la prise d’une mesure interne. A ce jour, les décrets adoptés et celui issu de la fusion demeurent en traitement au secrétariat général du gouvernement, indique le procès verbal de cette passation de service.

Concernant la situation financière et matérielle, le procès verbal révèle que le budget du cabinet comprend deux lignes : le matériel et le transfert. Le budget du matériel de cette année s’élève à 169.203.000 francs CFA, dont 111.558.000 de francs CFA (75%) déjà engagés. Le budget de transfert est de 40 millions de francs CFA, 25% déjà décaissés sur les 75% engagés. Dans l’ensemble, restent disponibles 50% déjà engagés et les 25% du dernier trimestre.

Léon Alfred Opimbat a félicité le ministre sortant pour le travail réalisé, indiquant qu’il assurera la continuité du service dans l’objectif de renforcer les acquis enregistrés dans toutes les disciplines. Un accent particulier sera mis sur le football afin que ce sport-roi retrouve ses lettres de noblesse au niveau du pays, conformément aux orientations qu’il a reçues du Chef de l’Etat. En effet, très populaire pourtant, le football est en baisse depuis plusieurs décennies au Congo. Les mauvais résultats enregistrés à chaque compétition ces dernières décennies sont la conséquence du peu d’intérêt accordé à ce sport.

Le nouveau chef du département des sports et de l’éducation physique a rassuré qu’il n’aurait pas de chasse à l’homme, ajoutant qu’il aura toujours besoin du soutien de son prédécesseur qu’il consultera chaque quand le besoin se fera sentir.

Gaspard Lenckonov




1.Posté par Mackson le 02/09/2011 18:20
Toujours les memes qui reviennent pour ne rien foutre.On se croirait dans une foire ou on ne voit que les memes troubadours

2.Posté par ianniv le 04/09/2011 02:16
Oui t'as raison Mackson, on fait des aménagements ici et là, toujours les mêmes qui peuvent occuper le poste plus de dix fois ou ...... toujours les troubadours comme si le Congo n'avait que ceux -là comme fils oints.

3.Posté par congodebout le 05/09/2011 14:55
Mr Le Ministre nous vous attendons sur du concret! ou est la Palais des Sports de Brazzaville qu'on a promis à la jeunesse congolaise depuis belle lurette? et la modernisation de l'INJS? on ne pourra jamais rivaliser avec l'angola ou le Cameroun en sport tant que l'INJS ne sera pas une fièrté et une référence nationale comme c'est le cas dans ces pays... depuis 50 ans on a le même vieux stade en ruine...comme pour nos avenues on sait juste changer de nom au lieu de construire (stade omnisport, puis révolution, puis Massambat débat...) .les autres africains ont eu les temps d'abriter des CAN, de construire et reconstruire des stades de plus de 50 000 places...au Congo nada? pensez y. Au-dela des compétitions qui rallument la fibre patriotique, le sport est un facteur d'épanouissement, de santé et de solidarité pour la population.
Ainsi on vous suggère de mettre en place des circuits de footing autour de la patte d'oie, de la corniche ou sur la côte à PNR.

1 palais des sports moderne comme on trouve maintenant 1 peu partout en Afrique, les chinois ou même les français vous le font en 2 ans de travaux pour moins de 15 milliards de FCFA ( le congo a 3000 milliards de budget!!!) donc c'est une question de volonté.
Le constat est simple: Le congolais n'est pas plus nul que les autres, quand le congo avait des infrastructures dans les années 60, les résultats ont suivi (jeux africains, Can 72, champions des clubs, champions de handball...) depuis que tout est en ruine, on a pas de resultats!!! Il en est de même pour l'organisation des fédérations et des sports universitaire, scolaires et de quartiers tout ça est à refaire.

On ne peut pas defier l'Angola en handball si on a des filles ou des garcons qui n'ont jamais joué dans un palais des sports ou même un simple gymnase! ce qui est le quotidien en Angola, même pour les entrainements! au Congo on joue sur le goudron avec des athlètes qui n'ont jamais touché la résine...résultat en compétition tout le monde connait nos points faibles d'avance...pour le foot c'est encore plus grave, le Cameroun a des écoles de foot partout.


L'Actualité en IMAGES
Vue du chantier de l'aérogare de Sibiti
Avenue du Palais Présidentiel
Arrivée des notables de la Lékoumou.jpg
Stade omnisports de Sibiti
Piste d'atterrissage de l'aéroport de Sibiti
Voirie urbaine voie d'accès à l'aéroport de Sibiti




Autres SUJETS du 20H TV Congo