CONGO-SITE : Portail National d'Information et de Conseils sur le Congo Brazzaville
Jeudi 23 Octobre 2014

Les Grands travaux de reconstruction et modernisation du Congo-Brazzaville


Lundi 21 Juillet 2008 - 23:24


La République du Congo s’est engagée dans un processus de reconstruction en vue non seulement d’effacer les stigmates des troubles sociopolitiques qu’elle a connus, mais aussi d’arrimer le pays à la modernité. Cette volonté d’améliorer les conditions de vie des populations se justifie par la construction et la réhabilitation des infrastructures chiffrées à plusieurs milliards de francs CFA.


POUR DES INFORMATIONS DETAILLEES, MERCI DE VISITER LE SITE DE LA DGGT :
www.grandstravaux.org
Voir les chantiers principaux en IMAGES


Le barrage hydroélectrique d’Imboulou est à n’en point douter l’un des grands chantiers de cette entreprise de construction et de reconstruction. D’un coût global de 280 millions de dollars US, cette centrale de 120 mégawatts permettra de réduire la dépendance énergétique du Congo. Elle est érigée sur la rivière Léfini (département du Pool) grâce à la coopération sino-congolaise.

Dans la même optique, une série d’ouvrages de grande envergure se réalise dans plusieurs localités congolaises. A Brazzaville, l’aéroport international Maya Maya est en train d’être doté d’une deuxième piste d’atterrissage, d’une aérogare moderne avec des passerelles et d’un hôtel de grand standing. Estimés à plus de 39 milliards de francs CFA, les travaux de la deuxième piste de l’aéroport Maya Maya sont exécutés par la société SGE-Congo, alors que ceux de l’aérogare et de l’hôtel d’une valeur de plus de 80 milliards de francs CFA sont réalisés par une société chinoise.

Grâce à la coopération entre le Congo et la Chine, le ministère des Affaires étrangères et de la Francophonie possède un siège situé en face du Palais du Parlement. Ce bâtiment (R+5) a été construit par la société China Beijing Residential Development Group Corporation pour un montant de 18.200.000 dollars US. Il est équipé et complété par un auditorium de forme circulaire d’une capacité de 600 places.

Au quartier Nkombo (7ème arrondissement), se trouve la Maison de la radio et de la télévision congolaises. Il s’agit de deux bâtiments de 5 étages chacun disposant des studios et des salles de conférence qui accueilleront les professionnels de l’audiovisuel public. Cet édifice d’une architecture moderne fait partie des fruits de la coopération sino-congolaise.

Dans le cadre des travaux d’aménagement, d’équipement et d’assainissement de Brazzaville, cinq marchés modernes seront construits notamment au marché Total à Bacongo (2ème arrondissement), au marché d’art du Plateau ville (centre ville) au marché Poto-Poto II dit Moungali (4ème arrondissement), au site de la ceinture maraîchère de l’ex-usine Kronenburg à Talangaï (6ème arrondissement) et à Mfilou (7ème arrondissement).

Les différents chantiers engagés visent à mailler l’ensemble du pays d’infrastructures de base viables telles les routes nationales et internationales, les voies navigables, les ports et aéroports, les hôpitaux, les ponts et d’autres ouvrages concourant à l’amélioration des conditions de vie des populations.

Certains ouvrages sont construits dans le cadre de la politique de la municipalisation accélérée dont les départements du Kouilou et de Pointe-Noire ont été les premiers bénéficiaires. Ainsi, plusieurs ouvrages y ont été réalisés parmi lesquels l’aéroport international Antonio Agostinho Neto de Pointe-Noire et le stade Municipal, ex-Mvoulalea.

Les travaux de cet aéroport qui traite plus de 10 millions de passagers par an, ont porté sur l’élargissement de la piste (plus de 2600m) et la construction d’une aérogare moderne dotée de deux passerelles, des salons avec écrans de télésurveillance, etc. Situé en plein Mvou Mvou (2ème arrondissement), le stade Municipal possède une capacité de plus de 13.000 places. C’est l’unique temple de football du pays qui soit doté jusque-là d’une pelouse synthétique.

Séparées de 510km, les villes de Brazzaville et Pointe-Noire seront dans quelques années reliées par une voie bitumée à double sens. Il s’agit d’une route lourde dont les travaux ont été lancés en 2007. Elle reliera la côte atlantique à la partie septentrionale du pays comme le Chemin de fer Congo océan (CFCO). Le coût global des travaux du premier tronçon, Pointe-Noire-Dolisie (186km), est estimé à 172 milliards 450 millions de francs CFA. Ce tronçon difficile en raison de la complexité du relief de la forêt du Mayombe est réalisé par la société China state construction and équipment corporation. Les autres segments de cette route nationale n°1 sont Dolisie-Madingou (114km), Madingou-Mindouli (111km) et Mindouli-Kintélé (190km).

Dans le cadre de la municipalisation accélérée, le département de la Likouala a connu une série des travaux d’infrastructures sociales de base tells les routes, les écoles, les centres de santé, les édifices publics, les projets d’adduction d’eau et d’électrification, etc. L’aéroport de la ville d’Impfondo a été modernisé et doté d’une capacité d’accueillir des appareils de grand tonnage.

Le département du Niari a bénéficié aussi de la municipalisation accélérée à travers la construction des ouvrages. L’on peut citer la réhabilitation et l’équipement de l’hôpital général de Dolisie, la modernisation de l’aéroport et la réhabilitation du stade Pont de Dolisie. Rebaptisé stade Denis Sassou-Nguesso, le stade de Dolisie qui répond aux normes olympiques, possède 5 tribunes de 3000 sièges.

En 2007, le département de la Cuvette a tiré profit des projets de la municipalisation accélérée. Des chantiers destinés à l’amélioration des conditions de vie des populations ont été engagés dans les différentes localités du département. L’aéroport d’Owando a été aménagé pour accueillir des avions de type bœing 737. Des voiries de cette localité ont été bitumées, des édifices publics construits.

En dehors des projets de la municipalisation, un certain nombre de chantiers s’exécutent dans le pays. C’est le cas de la route Owando-Makoua-Ouesso dont les travaux de la bretelle Owando-Makoua-Mambili (126km) ont été lancés en mai 2008 pour un montant de 121 milliards de francs CFA.

C’est aussi le cas des travaux de l’hôpital général d’Oyo (200 lits) sur un coût global de plus de 13 milliards de francs CFA ; de l’hôtel Alima avec plus de 17 milliards de francs CFA, de la route Obouya-Boundji-Okoyo-frontière Gabon (212km).


POUR DE PLUS AMPLES INFORMATIONS, VISITER LE SITE DE LA DGGT :
www.grandstravaux.org
Voir les chantiers principaux en IMAGES

CongoSite Master