CONGO-SITE : Portail National d'Information et de Conseils sur le Congo Brazzaville
Mercredi 30 Juillet 2014

Explosions au Camp Mpila à Brazzaville : la solidarité nationale et internationale se met en place


Mardi 6 Mars 2012 - 11:42

Deux jours après la série d'explosions qui ont ravagé le quartier Mpila à Brazzaville, faisant plus de 150 morts et des milliers de blessés, selon les premières données officielles, les autorités congolaises appellent à la solidarité nationale et internationale, afin d'assister les victimes de ces explosions.


Explosions au Camp Mpila à Brazzaville : la solidarité nationale et internationale se met en place
La coordination humanitaire regroupant des autorités congolaises et des partenaires, s'est réunie le 5 mars à Brazzaville sous le patronage de la ministre des affaires sociales, de l'action humanitaire et de la solidarité, Emilienne Raoul. L'objectif de cette réunion était de mettre en place une stratégie visant à mobiliser les ressources destinées aux sinistrés. A cet effet, le coordonnateur résident du système des Nations Unies au Congo, Lamin Manneh, a fait savoir que l'Equipe pays des Nations Unies avait commencé à prendre des contacts avec certains partenaires techniques et financiers dans le cadre de la mobilisation des ressources.

Dimanche, le Président Denis Sassou N'Guesso demandait au peuple congolais de prendre du courage et de faire preuve de solidarité à l'endroit des victimes et de leurs familles, rassurant que le gouvernement était en train de prendre les mesures possibles pour soutenir toutes les personnes en détresse. Dans une interview accordée lundi à RFI, le maire de Brazzaville, Hugues Ngouélondélé, a appelé, lui aussi, à la solidarité nationale.

Au cours de la réunion de coordination humanitaire, Mme Emilienne Raoul a invité les partenaires internationaux à aider le Congo à définir les besoins réels des sinistrés pour mieux les assister. L'assistance définitive ne pourrait être mobilisée que sur la base d’un état de besoin issu d’une évaluation adéquate des dommages, a-t-elle précisé.

Déjà, le Maroc avait annoncé l'envoi d'une aide d'urgence à Brazzaville. La France a mobilisé une équipe médicale composée de dix neuf réservistes sanitaires, dont six médecins et trois chirurgiens ; cinq tonnes de médicaments ; une trentaine de tentes pouvant abriter chacune une dizaine de personnes sans abri. Selon l’ambassadeur de France en République du Congo, Jean François Valette, cette équipe médicale devrait arriver dans la nuit du 5 au 6 mars.

La République démocratique du Congo (RDC) a dépêché, le 5 mars, une délégation à Brazzaville, conduite par son ministre des affaires étrangères, Alexis Thambwe Mwamba, afin d'étudier les possibilités d’appuyer les autorités de Brazzaville dans la prise en charge médicale des blessés.

«Le ministre de la santé publique va voir comment organiser un appui de notre part. Appui qui a déjà été donné depuis hier. Nous avons donné quelques kits médicaux et on va envoyer d’autres aujourd’hui et étudier la possibilité de transférer d’autres blessés graves à Kinshasa. Le ministre de la santé a pris des dispositions nécessaires auprès de nos formations médicales à Kinshasa pour réserver des places nécessaires de manière de pouvoir ramener en RDC des blessés que nous pouvons soigner avant qu’ils ne rentrent chez eux», a dit Alexis Thambwe Mwamba.

L'Union européenne (UE), à travers son agence humanitaire, s'est engagée à apporter une aide d'une valeur d'environ 250.000 dollars au gouvernement congolais. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu'elle mettrait deux tonnes de médicaments à la disposition des équipes humanitaires, ainsi que vingt chirurgiens. L'ONG américaine, MAG, spécialisée dans les opérations de déminage, a exprimé sa disponibilité à aider les autorités congolaises pour faciliter les opérations. Elle entend également s'impliquer pour l'information communautaire sur les dangers liés aux explosions de munitions. Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping, a appelé à la solidarité des États membres et de la communauté internationale, pour assister le gouvernement congolais à faire face au drame.

Au plan national, des entreprises et communautés religieuses se mobilisent aussi pour assister les sinistrés. Depuis deux jours, la Croix-Rouge congolaise travaille d'arrache pied, en acheminant les blessés vers les hôpitaux de la ville, a indiqué Christian César Ndinga, le président national de cette organisation.

Gaspard Lenckonov




1.Posté par Mackson le 06/03/2012 16:18
En tant que citoyen Congolais,je suis dans mes droits de me poser des questions car soucieux de la securite de mon pays.Je me souviens efant dans les annees 60,j accompagnais mon pere pour aller pecher.Nous passions a 5h du matin au camp blinde des Francais.Il n y avait pas ce depot de munition.Sauf un hangar de blindes et un mini champ de tirs.Le depot de munitions de l epoque coloniale se trouvait au quartier TSELENGUELE DU NOM D UN FETICHEUR qui avait cette pratique de mettre les mains des apersonnes soupconnees de sorcellerie ou de vol,dans l huilede palme chaude.L innocent ne se brulait pas.Ce secteur ressemblait a s y meprendre a un desert.Il n y avait que du sable blanc.Larmee Francaise avait construit ce que nous appellions a l epoque,la poudriere.Les entrepots de munitions etaient esevelis et on ne voyait a peine que les toitures.Meme le champs de tirts etait sous terre.Pourtant les habitations etaient eloignees de ce perimetre.On peut comprendre que pour des raisons de securite,les experts militaires doivent prendre les precautions pour installer ce genre de site.L armee Francaise partie,tout cela fut detruit.Au camp de Mpila,les Francais avaient nit hors detat de fonctionnenement toutes les voitures de commandement et les chars.Donc,ce depot de munitions est l oeuvre de l armee Congolaise avec ses experts.Pourquoi avoir cree ce site dans ce endroit alors quo a a construit tout aux alentours sans restrictions securitaires?Le President SASSOU en fin stratege puise les armes dans ce camp pour etre en mesure de combattreson adversaire.En subtil stratege,il a du demender la delocalisation de ce site,d ou cetteprogrammation militaire.Pourquoi les autorites militaires ont ils attendues la fin 2012?A une epoque tres recente,APARECO parlait d un projet de notre voisin de faire rentrer a B/ville des terrorites arabes afin de destabiliser le pouvoir en place par des series d explosions.On peut verifier cette information dans APARECORDC.ORG.On nous dit qu il y a eu des explosions ce 06/03/12.Et qu il y a eu des morts.Finalement cette situation avait ete maitrisee ou pas/Si non pourquoi avoir demender aux populations de regagner leur domicile?Ce ministre de la defense qui n a pas eu les couilles de s y rendre sur place,a qd eu le culot de banaliser la situation.Sait ce que cela veut dire demissionner?Il y a trop a dire,beaucoup de questionnements.A suivre

2.Posté par Mackson le 06/03/2012 20:14
Dans une situation de cogitation personnelle,je me suis poee cette question;comment etait construit ce depot pour abriter un arsenal de ce type?Les depots de munitions qui avaient ete bombardes a Tripoli ,n avaient pas causes ce genre de degats collateraux.Est ce parcequ ils etaient construits consequemment ou parceque ce bombardement detruisaient automatiquement ces armes?Si c est ce deuxieme cas,pourquoi n a t on pas detruit le reste de l arsenal qui a encore fait des degats aujourd hui Mardi 3?Par ailleurs,quelle est cette malheureuse coincidence qui fait que les deux Congo subissentces explosions?Chez nos freres d en face ,la situation etait heureusement pour eux differente de la notre.Sauf que, comme nous, ils parlaient d un accident.Pour enfin se rendre compte que c etait un sabotage.Car ceux qui etaient de faction,s etaient volatises.La question aujourd hui est de savoir pourquoi a t on stocke un tel arsenal dans ces depots de fortunes?Car c est de ce genre de depots qu il s agit.J espere que les Ministeres qui ont qualites d assistance a cette situation n en fassent pas leur business.Car les Congolais savent comment nos autorites fonctionnenet.Les aides financieres par exemple,les dedommagements se feront selon les relations et d autres s eterniseront a arriver a destination car ayant changes de destination.Voila le Congo

3.Posté par hansalevey Adams le 06/03/2012 21:33
on reconnait les vrais amis quand on est éprouvé et dans les moments les plus angoissants de la vie !!

4.Posté par SC le 07/03/2012 14:22
Et toujours pas de démission du ministre qui confond défense et "foutage de geule" au prix du mépris des vies humaines...Le chemin est long, mais chèr Congo qu'as tu fais pour mériter des pareils gens à la tête du pays !!!

5.Posté par Mackson le 07/03/2012 20:47
Je suis convaincu que s il y a une enquete digne de ce nom ,la question d accident ne sera plus d actualite,car trop hative.J ai lu le temoignage d une collegienne qui dit avoir la vie sauve parceque ce dimanche les professeurs manquaient a l appel pour les TD.CES PROFS ONT TOUS DU FAIRE UN REVE PREMONITOIRE,D OU LEUR ABSENCE.
LE MINISTRE DE LA DEFENSE ET LE COMMANDANT DE CE CAMP DOIVENT ETRE DEMIS DE LEUR FONCTION.

6.Posté par Wences le 08/03/2012 05:12
Congo, pays de l'impunité. On prend les même, et on reprend. J'attends pour cette fois ci LA DEMISSION DU MINISTRE DE LA DEFENSE. TROP, C'EST VRAIMENT TROP.


L'Actualité en IMAGES
Vue du chantier de l'aérogare de Sibiti
Avenue du Palais Présidentiel
Arrivée des notables de la Lékoumou.jpg
Stade omnisports de Sibiti
Piste d'atterrissage de l'aéroport de Sibiti
Voirie urbaine voie d'accès à l'aéroport de Sibiti




Autres SUJETS du 20H TV Congo